Une collection végétale nationale

Maladies

Espace professionnel | Les fiches maladies | Les champignons | Rhizoctonia solani

Les champignons

Rhizoctonia solani

Le Rhizoctonia solani, agent de pourriture, très polyphage, peut se propager rapidement à une température de 20°C.

Il se localise dans les couches supérieures du sol où il peut se conserver plusieurs années, et attaque la plante d'abord au niveau du collet. L'attaque progresse ensuite vers le tubercule et le système racinaire.

La tourbe favorise le développement du champignon. Tout substrat de ce type -non désinfecté- est donc à considérer comme potentiellement infecté.

Mais la lutte chimique est efficace.

> Rhizoctonia solani : agent de pourriture

Les champignons du genre Rhizoctonia appartiennent à la classe des Adélomycètes et à l'ordre des Agonomycétales. Ces champignons ne présentent jamais de stade de reproduction sexuée, quelles que soient les conditions de leur développement. De plus, la production de conidies par reproduction asexuée est inexistante. Ils sont relativement bien adaptés à la vie dans le sol, même en l'absence de végétaux. Ils vivent alors en saprophytes.

Très polyphage, Rhizoctonia solani s'attaque notamment aux cyclamens.

> Caractéristiques du champignon et cycle de vie

Rhizoctonia solani est en fait le stade asexué (encore dit imparfait) de Thanatephorus cucumeris (synonymes : Corticium vagum var. solani, Corticium solani, Pellicularia filamentosa), de la Classe des Basidiomycètes, de l'ordre des Homénomycétales et de la famille des Corticiacées.

Rhizoctonia solani est un champignon hydrophile et thermophile. Au-dessous de 9°C, aucune infection ne peut se déclarer. Par contre à 20°C, le temps d'incubation n'est que de 3 jours et à ce moment-là, la propagation de l'infection est très rapide. C'est principalement un champignon d'été (de juin à octobre) ou de saison chaude.

 

Rhizoctonia solani se localise préférentiellement dans les couches supérieures du sol (dans les deux premiers cm). Dans le sol, il peut en l'absence de plantes ou de conditions favorables, se conserver plusieurs années. Cette conservation se fait sous forme de sclérotes, amas de mycélium entrelacés, durs et de couleur sombre.

> Les symptômes

Il attaque surtout les cultures de plants issus de semis et les jeunes plants repiqués. L'attaque se fait au niveau du collet. La maladie progresse par taches successives.

Au niveau des racines et des pétioles de feuilles à l'interface du sol, se développent des petites nécroses sèches, brun à rouge. Peu à peu, le brunissement se propage. Cette pourriture est à l'origine du renversement et du dépérissement des plantes.

L'attaque peut ensuite progresser vers le tubercule. Aux endroits attaqués se développe un mycélium brillant de couleur marron gris.

Suite au déplacement de la plante, le système racinaire peut également brunir. Quant au système aérien, il aura tendance à se comporter comme s'il était atteint de chlorose.

Une attaque de plantes plus agées peut également se produire. Elle est souvent accompagnée par celles d'autres champignons comme Nectria radicicola et Botrytis cinerea.

Ces champignons produisent diverses enzymes leur permettant de dégrader la cellulose et la lignine des tissus végétaux. C'est par cette voie que se développe la pourriture.

> La dissémination de Rhizoctonia solani

Comme la production de spores asexuées est nulle, le risque de dissémination par l'eau, les courants d'air et les insectes est nul.

En fait, ce sont les végétaux eux-mêmes qui constituent la source la plus importante de contamination.

Ce pathogène est présent sur un très grand nombre de plantes hôtes, que ce soit le cyclamen cultivé dans les serres ou d'autres plantes à l'extérieur des serres.

Par conséquent, tout sol non décontaminé est considéré comme potentiellement infesté. Les sclérotes peuvent vivre de nombreuses années à l'état saprophytique sur les débris végétaux. Ils germent sous l'action des exsudats racinaires émis par la plante lorsque les conditions climatiques sont favorables.

Doté d'une très forte aptitude saprophytique, le mycélium se développe rapidement dans le sol jusqu'à la plante qu'il va infecter.

Les conditions favorisantes sont :

  • pH du substrat supérieur à 5.8
  • température du substrat de l'ordre de 15 à 35°C, avec substrat sec

> La lutte culturale

  • utiliser des substrats désinfectés, des barquettes de semis et de repiquage, ainsi que des pots neufs ou désinfectés
  • contrôler l'irrigation et la température
  • l'apport de matière organique limite les attaques (présence d'une flore antagoniste)
  • la tourbe favorise le développement du champignon

> La lutte chimique

L’évolution constante des réglementations et des homologations des produits de traitements phytosanitaires ainsi que les différences de réglementation selon chaque pays ne permettent pas de prendre en compte l’état actuel des homologations. Il appartient à chaque producteur de se renseigner auprès de son antenne locale de la protection des végétaux afin de respecter les dernières mises à jour des règlements et directives en matière d’utilisation des produits phytosanitaires. Toutefois l'usage de ceux-ci se fait sous la responsabilité des usagers. Il est fortement conseillé d'effectuer un test préalable sur un échantillon de plante pour mesurer l'action de la matière active (dose) et la réaction de la culture (phytotoxicité).



Avertissement

Dans ce document, vous trouverez la description des méthodes de culture qui ont fait leurs preuves à la S.C.E.A. de Montourey (Fréjus / France) pour la culture du cyclamen. Ces méthodes se basent sur sa propre expérience ainsi que sur la connaissance et l’utilisation des ouvrages cités en référence. Cette expérience de la culture du cyclamen sous nos conditions climatiques peut nécessiter quelques adaptations sous d’autres conditions, les aléas naturels pouvant bien évidemment anéantir le résultat escompté et ce, même si la méthodologie a été strictement respectée.   Nous rappelons que ces conseils et suggestions ne sont proposés qu'à titre indicatif et ne sauraient par conséquent comporter une garantie de récolte. Il est préférable d’effectuer des essais préalables.

 

Les champignons :

S.A.S Morel Diffusion

2565, rue de Montourey
83600 Fréjus - France

Téléphone international : +33 (0)4 94 19 73 04
Standard : + 33 (0)4 94 19 73 00
Fax : +33 (0)4 94 19 73 19

Contactez notre <br />Responsable technique
Contactez notre
responsable technique
 

Merci de vous identifier pour accéder à la fiche


Mot de passe oublié
Obtenir un mot de passe